Commission “Des racines et des jeunes”

Tous les jeunes abordent le rapport à l’autre et à son environnement par le prisme de leur smartphone, d’internet, pour aller chercher une information, écouter de la musique ou encore communiquer via les réseaux sociaux en un clic.

Leur monde s’inscrit dans des faisceaux de communication, d’informations et de conseils disponibles en permanence, avec une interaction et un partage possible à tout moment! Comment dans ce contexte, les amener à découvrir le territoire de la Dordogne ? Le support numérique semble incontournable !

Pour rapprocher l’appropriation et la découverte de son territoire, il est proposé de travailler sur une carte de la Dordogne, non pas comme une carte officielle mais en y intégrant des éléments du patrimoine matériel et immatériel.

Création d’une carte départementale numérique et interactive qui serait alimentée par les 5 commissions à partir des thématiques abordées par chacune d’elle.

Découvrir son territoire et renforcer l’ancrage de la jeunesse en découvrant les différentes composantes qui font sa richesse et sa singularité. L’objet est d’accompagner les jeunes élus à découvrir les singularités des territoires à partir de la géographie, le relief, les histoires, les personnages célèbres et les légendes.

Visualiser son territoire de vie sur une carte, l’observer dans une nouvelle dimension, se positionner ou positionner un élément d’importance, renforce la construction d’une nouvelle perception territoriale mais aussi d’un sentiment d’appartenance à un territoire.

 

 

 

 

Petit résumé de la commission

Première visite :
Nous avons visité les archives de Périgueux, et en particulier le lieu où sont conservés les anciens documents. Il y avait un système « anti-poussières », un contre les incendies et aussi un contre les inondations. Après la pause du midi, on a d’abord étudié les sceaux et on nous a proposé un atelier dessus et sur la calligraphie. A la fin, lorsque nous sommes sortis du lieu, il y avait une petite exposition où on avait reconstitué une ancienne salle de classe. Il parait qu’à cette époque (XIX-XXe siècle), les élèves de 5ème devaient passer un examen.

Deuxième visite :
Nous avons visité le « repère » des archéologues de Dordogne, à Périgueux. On nous a expliqué les différents métiers de l’archéologie. Après, nous avons fait une activité où nous devions reconstituer des pots et des vases cassés (une sorte originale de puzzle). Ensuite, il y avait une installation pour un atelier d’archéologie et nous avons enlevé le sable des « carrés » qui nous avaient été donnés à l’aide d’une petite pelle et d’un gros pinceau. On a un peu étudié comment les hommes de Cro-Magnon créaient leurs outils.

Quatrième visite :
Nous sommes allés au musée des Eyzies. On nous a montré et expliqué les différents métiers qu’il y a dans le domaine de l’archéologie. Après, on a fait quatre activités sur ces métiers : une sur les crânes, une sur les os, une sur les pollens, et une sur les silex. Il y avait des reconstitution d’homme de Néandertal et d’Homo-sapiens (l’homo-sapiens et l’homo-sapiens sapiens sont pareil, cela dépend des lieux d’études dans l’archéologie). Nous avons surtout étudié la différence entre ces deux ancêtres de l’homme que nous sommes aujourd’hui. Nous avons aussi fait une activité où on incarnait un métier. Je travaillais sur les crânes. J’ai mesuré le volume d’un crâne d’homo-sapiens et d’un crâne d’homme de néandertal. J’ai aussi utilisé le logiciel « crânes ».